St-Pierre Chiropratique
819 322-5214

Optimiser votre potentiel de santé

Blogue

afficher :  plein / résumé

Revenir à l'essentiel et pourquoi Défie ta santé peut changer la façon de faire les choses.

Publié le 30 mai 2018 à 15:20 Comments commentaires (0)

Je fais des compétitions de triathlon depuis 10 ans. J’ai commencé ce sport alors qu’il était en plein essor et il n’a jamais été aussi populaire que depuis les 3 ou 4 dernières années. Au fil des ans, j’ai également participé à divers événements de course à pied, autant sur routes qu’en sentiers et même à des courses à obstacles!


Que ce soit pour se remettre en forme, par défi personnel ou pour se classer parmi les meilleurs, les motivations intrinsèques pour participer à ce type d’événement sont louables. Tous, en cours de route, amélioreront leur santé et en bénéficieront sur le plan personnel. La rigueur et la discipline mises de l’avant pendant l’entraînement se transposeront dans d’autres sphères de la vie. Cependant, j’ai récemment participé à une course à obstacle de la compagnie “Spartan Race” et j’ai été déçu de l’aspect mercantile de l’événement. En plus de débourser un montant assez important pour l’inscription, il fallait payer 15$ pour le stationnement et 5$ pour le vestiaire. De plus, si un membre de notre famille voulait venir nous encourager, il devait payer 10$ pour assister à la course. C’est sans compter les produits dérivés parmi lesquels un t-shirt se vend 60$ (les participants se les arrachent quand même!). L’histoire est semblable du côté du triathlon. La “World Triathlon Corporation” qui gère les courses de type “Ironman” et “Demi Ironman” exerce un quasi-monopole sur les triathlons “dits” de longue distance. Les triathlons régionaux ont perdu de leur popularité au profit des grandes organisations. Alors que le prix pour participer à ces événements est de plus en plus exorbitant, le service aux participants en est-il meilleur? Demandez aux participants du Marathon de Montréal après que celui-ci ait été vendu à “Competitor Group Marathon”. L’expérience de course, le service et la qualité de la compétition s’est dégradée.


À ce titre, d’autres questions qui me viennent en tête méritent réflexion. Est-il nécessaire de donner une médaille à tous les participants lorsque quelqu’un croise le fil d’arrivée? Dans bien des cas, cette médaille finit dans le fond d’un tiroir ou elle ramasse la poussière sur un crochet! Sommes-nous obligés de souligner la victoire du gagnant après chaque course? Il ne s’agit pas ici de sports professionnels, mais plutôt de sports où la majorité des gens sont des amateurs qui le font pour le plaisir. Finalement, le marquage par puce électronique est devenu la norme, mais est-il vraiment incontournable? La plupart des participants ont maintenant leur montre GPS et ils chronomètrent eux-mêmes leur temps, rendant futile l’obligation d’utiliser le marquage numérique.


Alors, maintenant on fait quoi? On favorise les courses qui encouragent la participation plutôt que le profit! On s’informe sur la philosophie de l’événement et on choisit selon nos valeurs. Les courses MEC à 10$ ou 15$ sont un bon exemple. Plus près de chez nous, Défie ta Santé offre une expérience de course intéressante et à peu de frais (5$). Tous les profits sont remis à la Fondation Dufresne, Mon école+. L’accent est mis sur la participation. Même si certaines personnes sont là pour réaliser un chrono, il n’y a pas de médaille à l’arrivée, le chronométrage se fait à la main et il n’y a pas de podium à la fin. L’objectif final est de socialiser avec les autres participants, de bouger et de trouver des motivations intrinsèques pour se surpasser autant sur le plan physique que mental et rechercher ainsi à reproduire ces bienfaits dans nos habitudes quotidiennes.


Trucs pour la famille occupée

Publié le 4 mars 2018 à 15:50 Comments commentaires (0)

RIEZ!

Un petit moment de rigolade peut avoir des effets impressionnants sur votre corps. En effet, consacrer 60 secondes par jour à rire vous permet de sécréter des endorphines et détendre vos muscles. En plus de libérer les tensions, cela amènera une ambiance sympathique à la maison, un bon moment familiale dont tous se rappelleront. Vous travaillerez ainsi votre santé autant physique que mentale!


RESPIREZ!

Dans votre vie effrénée, avez-vous déjà pris quelques minutes pour prendre conscience de votre respiration? Elle en dira long sur votre état d’esprit. En effet, plus elle est courte et rapide, plus votre niveau actuel de stress et de tension est élevé. Prenez quelques instants de pleine conscience en vous concentrant sur des respirations longues et profondes et ressentez la différence de votre état d’esprit. Et pourquoi ne pas la proposer à vos enfants lorsque ceux-ci sont BEAUCOUP trop excités?! Faites-les prendre conscience de leur respiration et même de leur rythme cardiaque. Vous pourriez même utiliser cela pour leur proposer un petit jeu : "Qui a le moins de battement cardiaque en une minute?!" Ce sera le retour au calme assuré!

 

BOUGEZ!

On le sait et on l’entend à maintes et maintes reprises ; l’importance de bouger. Si vous n’avez pas de temps à consacrer à un entraînement physique régulier, pourquoi n’allez-vous pas jouer à l’extérieur avec vos enfants? Vous ferez d’une pierre deux coups puisque toute la famille aura dépensé son énergie et profité de l'air pur.

 

PLANIFIEZ!

Un autre élément dont on se fait constamment parler est l’alimentation saine. Le but ici n’est pas de vous mentionné quel aliment est bon ou pas pour la santé de votre famille. L’objectif est de vous donner des trucs pour réaliser de bons repas vites faits, bien faits plutôt que d’opter pour des plats déjà préparés à valeur nutritive moindre. Pour ce faire, planifiez vos repas pour la semaine ainsi que la liste des ingrédients dont vous aurez besoin. De cette manière, vous sauverez du temps à l’épicerie, du gaspillage et vous saurez quoi manger à chaque repas de la semaine. Lorsque vous avez un peu de temps devant vous, prenez de l’avance dans la préparation des repas de la semaine.


DÉLÉGUEZ!

Le moment de la préparation du souper n’est pas toujours de tout repos lorsqu’on a des enfants. Dépendamment de leur âge, mettez-les à la tâche. Par exemple, demander leur aide pour sortir des ingrédients, mesurer des quantités, brasser ou laver des légumes. De cette manière, en plus d’alléger votre tâche, vous leur ferez prendre conscience et les intéresserez à la cuisine et à l’alimentation.


REPOSEZ-VOUS!

Vos enfants sont jeunes et font encore des siestes? Profitez-en pour en faire une vous aussi. Il est démontré qu’un petit somme de seulement 15 minutes améliore votre vigilance, votre concentration et votre énergie. Cela aura également des répercussions sur votre système immunitaire qui sera renforcé.

 

JAZZER VOS DÉJEUNERS!! 

Les smoothies vous connaissez? Pour les matins pressés, il s’agit d’une excellente option nourrissante, qui demande peu de temps de préparation. Les possibilités sont multiples. Allez-y selon l’humeur de la famille et pourquoi ne pas en inventez au nom de chacun des membres de la famille? Le mercredi matin pourrait être le smoothie de votre petite dernière qui comprend ses aliments préférés : Fraise, bananes, beurre d’amande et lait de soya à la vanille! Pour avoir quelque chose d’un peu plus consistant, broyez-y également ses céréales préférées!


DÉGAGEZ DU POSITIVISME !

Les gens négatifs ne dégagent pas une belle énergie. En plus, se sont souvent eux qui grugent la nôtre! Écoutez-vous parler à vos enfants : « Ne fais pas ça », « Arrête de crier », « Ne cours pas », etc. Voyons-le d’un autre angle. Quelles sont les pensées qui envahissent votre esprit? « Je suis fatigué », « Je n’ai pas le temps », « Je suis découragé ». Quel message cela envoi-t-il au reste de votre corps? Encore pire, au monde extérieur? Inconsciemment, cela se répercute sur l’ensemble de votre organisme et sur l’image que vous projetez auprès des personnes qui vous entourent. Lorsque les tensions montent, faites-une petite introspection de vous-même et essayer de constater qu’est-ce que vous dégagez. Au lieu de dire que vous êtes fatiguée, est-il moins dramatique de dire : « Je pourrais avoir plus d’énergie »? Cela vous amène vers une réflexion et peut-être même jusqu’à l’action pour contrer cette sensation qui vous habite.


PROSPÉREZ!

Dans un même ordre d’idée, si vous aviez devant vous deux personnes : l’une dont le regard est vers le sol, les épaules voûtées vers l’avant et l’autre la tête bien droite, le regard au loin et les épaules bien au-dessus du tronc. À laquelle de ces deux personnes feriez-vous le plus confiance? La réponse est évidente. Alors adoptez une posture de confiance! Cela commence à la maison et constitue une habitude à acquérir autant pour vous que pour le reste de votre famille. Exigez d’être bien assis à table et sur le divan. De mauvaises habitudes de posture prises en bas âge risquent d’entraîner des répercussions non-négligeables à long terme.


PRÉVENEZ!

Personne n’a envie que la famille tombe malade! Il est possible de mettre toutes les chances de son côté et d’éviter de manière tout à fait naturelle que les mauvais microbes vous paralysent en ce début de printemps. Comment? Par la prévention! Avec un système nerveux qui fonctionne à 100%, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour que vos systèmes (dont le système immunitaire) fassent leur travail convenablement et repoussent les mauvais intrus. Et qui est le spécialiste du système nerveux? On vous laisse devinez!


L'équipe St-Pierre Chiropratique

5 activités tendances à essayer en 2018! (2e partie)

Publié le 1 février 2018 à 0:20 Comments commentaires (0)

Vous vous rappelez de ma chronique santé du dernier mois? Je vous proposais des activités tendances à essayer en 2018! Je vous ai parlé de courses à obstacles, de MovNat et de méditation. Alors, je reprends le collier ce mois-ci et je termine avec la 2e partie de cette chronique avec deux autres activités à essayer au cours de la prochaine année.

Escalade

Anciennement l’activité favorite d’un petit groupe d’adeptes, l’escalade s’est démocratisé au cours des dernières années au Québec. Les centres d’escalade intérieur pullulent, mais l’escalade peut également se pratiquer sur des parois à l’extérieur ou encore sur des roches, sans équipement en particulier, communément appelé l’escalade de bloc. Très physique, l’escalade est une activité globale travaillant autant la force des bras et des jambes. Le cœur est aussi mis à contribution tout comme notre agilité et notre souplesse. D’ailleurs, la revue de plein air ESPACE a publié un article fort intéressant sur cette activité dans son numéro de l’automne dernier. De plus, il est important de rappeler qu’à Val-David dans le parc régional, nous pouvons profiter d’un des plus beaux endroits pour faire de l’escalade extérieur au Québec. Notre parc fait l’envie de plusieurs et les gens viennent de partout au Québec et même de l’extérieur pour venir grimper ses parois rocheuses.

Entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT)


Popularisé, en partie, par Greg Glassman, le co-fondateur du CrossFit, le « High Intensity Interval Training (HIIT) » consiste à enchaîner différents mouvements à très haute intensité pendant une courte période de temps suivi d’une période de récupération. Généralement, les séances de HIIT ne dépassent pas 30 minutes, même qu’elles sont parfois plus courtes. Les séances de Tabata (20 secondes d’effort à haute intensité suivi de 10 secondes de repos) sont un exemple de HIIT. Ces séances permettent de maximiser son temps tout en procurant des avantages indéniables sur la santé et la mise en forme. Beaucoup d’études à ce sujet ont été réalisé au Canada par le chercheur Martin Gibala à l’Université McMaster à Hamilton en Ontario. Selon lui, ce type d’entraînement permet de diminuer la tension artérielle, améliorer la glycémie chez les gens diabétiques de type II et améliorer la composition musculaire. Toujours selon lui, une séance de 3 x 20 secondes à intensité maximale (1 minute au total) est la dose minimale procurant des effets significatifs sur la santé et la forme physique. D’ailleurs son livre « The One-Minute Workout » fait le compte rendu de ses expériences et propose des exemples de séances d’entraînement pour être en santé et le demeurer.

Alors, ce n’est pas le temps de s’arrêter en 2018. Il y a tant à faire, à découvrir et de défis à surpasser que je vous invite à prendre votre santé en main et à essayer de nouvelles activités. Je vous en ai proposé cinq au cours des deux derniers mois, mais les possibilités sont multiples. J’aurais pu vous parler de « Fatbike », de « Slackline » ou encore de « Stand-Up Paddle », mais je vous laisse faire vos recherches à propos de ces activités. À vous de m’en parler!

Dr Charles St-Pierre, chiropraticien

5 activités tendances à essayer en 2018! (1re partie)

Publié le 9 janvier 2018 à 14:45 Comments commentaires (0)

Dans ma pratique sportive, je déteste la monotonie et j’aime essayer de nouvelles activités. J’ai toujours pratiqué plusieurs sports et parfois, en même temps! Au secondaire, je jouais au soccer l’été, au football à l’automne et l’hiver, c’était le basketball et la planche à neige. Au CÉGEP, je me rappelle déjà avoir quitté une pratique de football pour aller jouer une partie de soccer ou encore de basketball. Dans les 9 dernières années, incapable de me contenter d’un seul sport, j’ai décidé d’en combiner 3 (natation, vélo et course à pied) dans une même épreuve et de compétitionner en triathlon. Je suis convaincu qu’au lieu de se concentrer sur une seule activité, nous devrions plutôt favoriser le développement d’un large éventail d’habiletés motrices. Ainsi, il est possible de mieux s’adapter à notre environnement, la météo ou encore la situation. Trop froid pour faire du ski alpin, pourquoi ne pas aller dans le bois pour une sortie en raquette? Il pleut trop pour aller en vélo de montagne, je décide alors d’aller nager. Vous voyez, c’est pratique, ludique et on est jamais pris au dépourvu. Alors pour 2018, je vous propose 5 activités qui sortent de l’ordinaire à essayer pour se divertir, s’amuser, se dépasser ou encore pour prendre soin de soi. Comme j’avais beaucoup d’informations à vous partager en ce début d’année, j’ai donc divisé le contenu en deux partie.


MovNat (www.movnat.com)

MovNat, littéralement « mouvement naturel », est une méthode inventée et développée par un athlète français Erwan Le Corre. Cette forme d’entraînement repose sur la capacité innée du corps humain à se mouvoir aisément dans son environnement et ce, de façon pleinement consciente. MovNat est en fait, un véritable mode de vie. Il invite l’être humain à retrouver ses origines; à manger des aliments authentiques, à bouger davantage, à grimper dans les arbres, à se déplacer à 4 pattes, à soulever des roches lourdes, à marcher nu pied et ce, idéalement en pleine nature. Je m’intéresse à MovNat depuis 2 ans et j’incorpore certains exercices à ma routine d’entraînement. D’ailleurs, il y aura des cours de MovNat à Val-David cet hiver et je vous encourage à venir l’essayer!



Course à obstacle

Vous êtes un coureur de longue date et vous aimeriez mettre du piquant dans votre activité? Pourquoi ne pas participer à une course à obstacle? Plaisir garanti! Que ce soit une « Spartan Race », une « Xman Race », une « Tough Mudder » ou encore une « NorthMan Race », ces courses sont très populaires en Amérique du Nord et elles affichent souvent complet. Que ce soit pour se dépasser ou pour l’esprit de camaraderie, une course à obstacle permet de tester votre endurance cardiorespiratoire, mais aussi votre force et votre agilité.


Méditation

Moins une activité physique en soit, faire régulièrement de la méditation est, selon moi, une façon efficace de libérer l’esprit et le mental pour voir plus clair dans son quotidien. Les enseignements que l’on retire en méditant s’appliqueront dans toutes les sphères de votre vie. En 2017, méditer régulièrement s’est avéré une véritable révélation pour moi et j’ai d’ailleurs écrit une chronique à ce sujet. Peu importe le type de méditation (de pleine conscience, transcendantale, etc.), je vous invite à y mettre l’effort et à l’essayer en 2018. Vous en retirerez des bénéfices.


Alors, ce n’est pas le temps de s’arrêter en 2018! Revenez-nous au début du prochain mois pour connaître deux autres activités qui sortent de l’ordinaire.


Dr Charles St-Pierre, chiropraticien

La fonction du chiropraticien sous un autre angle

Publié le 29 novembre 2017 à 16:20 Comments commentaires (0)

Il est estimé que le corps humain possède 100 000 milliards de cellules et que chaque jour, entre 50 et 70 milliards de ces cellules meurent et se renouvellent constamment. Saviez-vous que dans chacune de ces cellules, il y a au moins un nerf qui la rejoint? Ainsi, chaque nerf peut informer votre tour de contrôle (le cerveau) de ce qui se passe dans le reste de votre corps. Chaque cellule possède ce que l’on appelle un taux vibratoire. Plus une personne est en santé, plus elle « vibre ». Cela se traduit, entre autre, par une meilleure immunité, une meilleure résistance au stress, une meilleure espérance de vie, une diminution des incapacités et une augmentation de la fonction cardio-respiratoire. Qu’est-ce qui pourrait faire augmenter le taux vibratoire d’une cellule ou encore d’un individu? Vous pensez sans doute à une alimentation adéquate, bouger quotidiennement, bien dormir et avoir une attitude positive. Toutefois, vous sous-estimez sûrement l’importance d’un système nerveux qui fonctionne à 100 % dans cette équation.


Pour que le système nerveux fonctionne de manière optimale, il faut que votre colonne vertébrale soit bien dégagée. L’influx nerveux, qui permet la communication entre votre cerveau et le reste de votre corps, doit être libre de toute interférence. Qu’arrive-t-il lorsque votre colonne vertébrale n’est pas dans sa position optimale; lorsqu’il y a subluxation? La quantité d’information qui circule entre le cerveau et le reste du corps est diminuée. Au lieu d’avoir une communication à 100 % c’est, par exemple, 40 % de l’information qui circule. Le corps se met alors à sous performer. Puisqu’il y a moins de force vitale, d’énergie nerveuse, qui arrive à l’organe, le potentiel vibratoire des cellules commence à diminuer. Au début, aucun symptôme n’est perceptible. Cependant, après une certaine période de privation, le corps finit par envoyer un message au cerveau l’informant d’un « mal-aise ».


Qu’est-ce qui crée une subluxation?


Lorsque vous vivez des stress physiques (mauvaise posture, accident, mouvement répétitif, etc.), chimiques (mauvaise alimentation, abus de médicaments, alcoolisme, drogues, etc.) ou émotionnels (rupture, conflit, finances, maladie, etc.), votre corps réagit et en guise de protection, il se contracte. Ces contractions musculaires involontaires créent un déséquilibre de tension au niveau de votre colonne vertébrale (pour plus d’informations, voir cette chronique santé). Les vertèbres perdent leur position initiale (subluxation) créant une irritation sur le nerf et diminuant l’influx nerveux qui passe à cet endroit.


Quel est le principal rôle du chiropraticien?

Le travail premier du chiropraticien est de localiser les endroits où des tensions se sont accumulées dans votre colonne vertébrale et de les corriger par des ajustements chiropratiques afin de rétablir la connexion entre le cerveau et le reste du corps. À partir de ce moment, l’énergie qui circule à travers votre système nerveux est libre d’interférence et fonctionne à 100 % ce qui potentialise le taux vibratoire au niveau cellulaire. Donc, le rôle du chiropraticien n’est pas nécessairement de traiter le symptôme (douleur ou autre) mais plutôt d’aller à la source (la subluxation), la corriger afin de libérer le potentiel nerveux qui s’y trouve et de la maintenir corriger assez longtemps pour que le corps puisse s’auto-réguler. Votre corps possède un potentiel inné à s’auto-guérir et le chiropraticien n’est qu’un guide pour diriger la personne dans la bonne direction.


Dr Charles St-Pierre, chiropraticien

Virginie Roy, M. Sc.

Horaire estival (de juin à septembre 2018)

Publié le 13 novembre 2017 à 16:00 Comments commentaires (0)

Horaire particulier du vendredi soir et du samedi ainsi que les périodes de Vacances pour la période estivale. À noter que pour cette période, la clinique sera ouverte qu'un seul samedi par mois (aucun en juillet)

Clinique ouverte

Vendredi 15 juin de 16h à 18h30

Samedi 30 juin de 9h à 12h

Vendredi 20 juillet de 16h à 18h30

Samedi 11 août de 9h à 12h

Vendredi 24 août de 16h à 18h30

Samedi 8 septembre de 9h à 12h

Vendredi 14 septembre de 16h à 18h30


Clinique fermée

Samedis 2,9,16 et 23 juin

Samedi 7 juillet

Vacances du mercredi 11 au lundi 16 juillet inclusivement

Samedi 21 juillet

Vacances du samedi 28 juillet au dimanche 5 août inclusivement

Samedis 18 et 25 août

Samedis 1er et 15 septembre

Vacances du mercredi 19 au dimanche 30 septembre inclusivement


20 choses qui nous passionnent au sujet de la chiropratique!

Publié le 1 novembre 2017 à 11:45 Comments commentaires (0)

Il est parfois facile de tomber dans la routine quotidienne et d’oublier les vraies raisons qui nous poussent à nous lever le matin. Peu importe le métier que l’on exerce, il y a toujours du positif à en retirer. À la clinique, nous avons fait l’exercice d’identifier 20 choses qui nous passionnent à propos de notre métier. Nous vous invitons également à faire de même à la maison… que ce soit pour le travail ou encore une autre sphère de votre vie. Assoyez-vous convenablement avec un papier et un crayon et écrivez tout ce qui vous passe par la tête. Vous verrez, cet exercice pourrait s’avérer très révélateur! Alors, voici en 20 points, ce que nous aimons à propos de la chiropratique :


• c’est le contact humain

• c’est l’approche naturelle de soins de santé, avec les mains, sans chirurgie et sans médicament

• c’est de travailler sur la colonne vertébrale pour influencer positivement le fonctionnement du système nerveux

• c’est sa philosophie qui stipule que le système nerveux est le système maître du corps humain et qu’il contrôle l’ensemble des fonctions de l’organisme

• c’est de créer la santé et faire une différence dans notre communauté

• c’est l’étude de la vie, du bien-être et de la santé

• c’est la possibilité de pouvoir ajuster les plus petits comme les plus grands, car la chiropratique s’adresse à tout le monde peu importe l’âge

• c’est de travailler en clinique privée pour choisir son horaire en fonction de son mode de vie

• c’est une approche à la fois simple et efficace qui met l’accent sur la prévention plutôt que le traitement de la maladie

• c’est un mode de vie, une manière de voir, de penser et d’agir

• c’est de voir les changements qui s’opèrent chez les individus

• c’est d’avoir une excellente condition physique pour exercer cette profession

• c’est de libérer les blocages au niveau de la colonne vertébrale pour permettre une meilleure communication entre le cerveau et le reste du corps

• c’est de reconnaître le pouvoir inné du corps à s’autoréguler et s’autoguérir

• c’est de permettre l’émanation de sa créativité

• c’est le sentiment de se sentir mieux après avoir reçu un ajustement chiropratique

• c’est le côté entreprenariat

• c’est de constater que les gens suivis en chiropratique sont généralement en meilleur santé et dégagent un haut niveau de vitalité

• c’est de permettre le travail d’équipe ou tous mettent à profit ses forces et son savoir-faire

• c’est le leadership de D.D. et B.J. Palmer qui ont porté la profession à bout de bras à ses débuts


Alors amusez-vous, faites l’exercice vous-mêmes! Vous apprendrez à mieux vous connaître et lorsque les choses n’iront pas à votre goût, vous pourrez toujours revenir à vos affirmations.

Dr Charles St-Pierre, chiropraticien


10 minutes par jour suffisent

Publié le 2 octobre 2017 à 15:05 Comments commentaires (0)

Nous vivons dans un monde où tout va vite et où les préoccupations peuvent s’accumuler rapidement. Mes journées sont bien remplies et les vôtres, probablement autant. Notre mode de vie peut parfois paraître effréné, mais une journée comporte tout de même 24 heures. Vous semblez manquer de temps? Pourtant, il est primordial de prendre une pause et de s’accorder du temps pour soi. Dans mon cas, l’un des moyens que j’ai trouvé pour arrêter l’horloge, c’est de méditer à presque tous les jours. Pas besoin de s’asseoir en indien pendant des heures et faire des « ooommmmm… », car 10 minutes par jour suffisent pour en retirer des bienfaits.

La première fois que j’ai été initié à la méditation, c’était il y a une dizaine d’années. À l’époque, je commençais à m’intéresser aux sports d’endurance (triathlon, course à pied) et à la performance sportive. Je voyais la méditation comme une forme de visualisation afin d’améliorer mes performances. Je me rappelle avoir lu des livres sur la visualisation et m’être préparé (mentalement) à mes prochaines compétitions de triathlon. Alors que je pratiquais la visualisation de façon intensive quelques jours avant la compétition, je délaissais la pratique peu de temps après. Cependant, depuis 3 ans, je me suis remis plus régulièrement à la méditation et j’y note des bienfaits. Aidé par un ami qui m’a enseigné les rudiments de la pleine conscience, méditer est l’une des premières choses que je réalise le matin. Lorsque je ne prends pas le temps de m’asseoir et de me poser, mon niveau d’énergie et la qualité de ma présence s’en trouvent affectés pour une partie de la journée.

Popularisé par des médecins influents tels que Jon Kabat-Zinn et Deepak Chopra dans les années 2000, la méditation de la pleine conscience consiste à porter son attention sur l’instant présent et à accueillir les sensations qui se présentent à l’esprit sans porter de jugement. Les études sur le sujet abondent et elles démontrent que la pleine conscience pourrait avoir des effets sur la santé en :

Réduisant les symptômes physiques et psychologiques associés au stress

Améliorant la qualité du sommeil des personnes souffrant d’insomnie

Favorisant des relations interpersonnelles plus saines et heureuses

Améliorant la concentration


Vous aimeriez essayer la méditation, mais vous ne savez pas par où commencer? Par expérience personnel, seul chez soi, sans guide, il est parfois difficile de s’asseoir en silence sans que nos pensées partent dans toutes les directions. Pour vous aider dans votre nouvelle pratique, il existe une multitude d’applications et j’en ai testé plusieurs au cours des deux derniers mois. Voici trois suggestions :


Headspace (en anglais)

Pleine Conscience par Mindapps

Petit Bambou


Les trois applications offrent gratuitement des programmes d’initiation de 5 à 10 jours. Une fois le programme initial complété, vous devrez payer pour poursuivre. Headspace est mon application favorite et c’est la plus complète des trois. Cependant, elle est en anglais. Que vous décidiez ou non de payer pour poursuivre la pratique avec une application, vous aurez quand même près d’un mois de méditation guidée gratuite. Alors, à vous de l’essayer maintenant!

Dr Charles St-Pierre, chiropraticien 

Le système d'eau alcaline par gravité Santévia

Publié le 29 août 2017 à 10:05 Comments commentaires (0)

Une question de pH

Votre pH a un effet sur l’ENSEMBLE de vos cellules, tissus, glandes, organes et systèmes fonctionnels – c’est-à-dire TOUT -, ce qu’il y a dans votre corps. En rehaussant votre alcalinité à 7,36, vous atténuez la pression subie par vos systèmes fonctionnels jusqu’au niveau cellulaire, ce qui permet à votre organisme de mieux combattre la maladie.

 

Minéralisation

Certains minéraux sont nécessaires à l’entretien d’importantes voies métaboliques du corps humain; les nutriments que l’organisme ne peut produire lui-même doivent lui être fournis par l’alimentation. Le système d’eau alcaline par gravité Santévia vous procure une eau minéralisée qui contient plusieurs minéraux essentiels, notamment le calcium et le magnésium, tel que recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé.



L'Organisation mondiale de la santé recommande de boire de l'eau contenant du calcium, du cuivre, du fer, du magnésium, du manganèse, du sodium, du potassium et du zinc. L'eau Santévia contient tous ces minéraux.


Comment fonctionne le système de filtration?  

 

Étape 1: Préfiltre de céramique

Pores de 0,3 micron. Absorbe la rouille et les sédiments. Retient les bactéries, les germes et les parasites.

 

Étape 2: Charbon et carbone activés

Enlève le chlore, les trihalométhanes, les produits chimiques organiques, les odeurs, la coloration et les matières particulaires. Contient des nanoparticules d’argent afin d’empêcher l’apparition et la multiplication de bactéries dans le filtre.

 

Étape 3: Sable de silice

Neutralise les éléments acides afin d’équilibrer le pH de manière optimale. Elles libèrent continuellement des minéraux ionisés faciles à absorber.

 

Étape 4: Granules de zéolite

Retient les bactéries, les métaux lourds tels le plomb et le mercure. Absorbent les détergents, les produits agrochimiques et autres toxines.

 

Étape 5: Infusion minérale

Des minéraux ionisés contribuent à oxygéner et à fortifier l’eau. Les pierres minérales très poreuses oxygènent l’eau et la rendent légèrement alcaline.

 

Étape 6: Biocéramique

Défait les molécules d’eau en particules minuscules afin de faciliter son absorption et accroître sa teneur en oxygène.

 

Étape 7: Postfiltre de pierres minérales

Elles contiennent du calcium, du fer, du magnésium, du potassium, du sodium, du zinc et d’autres traces de minéraux.


Pour en savoir plus, consulter https://santevia.com/

Debout contre la position assise

Publié le 2 août 2017 à 15:30 Comments commentaires (0)


Depuis le début de l’été, vous avez probablement constaté que de petites améliorations ont été apportées dans nos locaux (peinture, chaise, miroir). La conclusion de ce changement s’est finalement concrétisée au mois d’août avec l’installation de notre nouveau meuble de réception. Réalisé sur mesure par l’enseignant-ébéniste Nicola Mainville et ses étudiants du Centre de formation professionnelle des Moulins, nous souhaitions avoir une station de travail debout. Pourquoi privilégier la station debout?




Avec l’avènement des nouvelles technologies, la proportion des emplois de bureau est en nombre grandissant. Bien que tout cela amène son lot davantage, il reste que pour l’employé passant ses journées devant un ordinateur, les répercussions sur sa santé sont plutôt négatives.


Selon les données de 6 enquêtes sur la santé des collectivités réalisées par Statistiques Canada entre 1994 et 2005, l’inactivité est pourtant en baisse dans les loisirs (-9,9 %) et dans les déplacements (-15,3 %). Les Canadiens bougent donc davantage que par le passé.


Cependant, la tendance est tout autre au travail où les gens passent beaucoup plus de temps en position assise. L’inactivité au travail est plutôt en hausse de 5,2 % chez les hommes et de 4,1 % chez les femmes. Les études qui pointent du doigt la position assise prolongée se multiplient. L’une d’entre elles, menée par un groupe d’experts canadien a passé en revue les 47 études les plus importantes sur les effets de la vie sédentaire et constate que le mode de vie associé au « métro/boulot/dodo » accentuait le risque de mort prématurée et de maladie.


En effet, la position assise favorise l’inactivité et diminue le métabolisme de base. Cela vient affecter la capacité du corps à réguler le taux de sucre, la pression sanguine et le métabolisme des graisses. Les chercheurs estiment qu’une position assise prolongée au quotidien est associée à une augmentation de 147 % de souffrir de maladies cardiovasculaires et de 112 % d’être atteint de diabète. La posture assise favorise aussi les troubles musculo-squelettiques. En effet, elle inhibe les muscles de la chaîne postérieure et modifient notre posture naturelle. Des douleurs peuvent alors apparaître, notamment au niveau scapulaire (omoplates et trapèzes) et thoracique. Ces conséquences poussent certains experts, tels que le Dr James Levine, à dire que la position assise prolongée est plus dangereuse pour la santé que le tabagisme. Au travail, cela peut venir affecter la productivité et être un facteur du taux d’absentéisme.


Tout cela nous pousse à revoir nos habitudes de travail. Que pouvons-nous faire concrètement? Voici quelques pistes de solution :


- Se créer un rappel à tous les 60 minutes pour prendre une pause debout et s’étirer


- Prendre 20 minutes sur l’heure du dîner pour aller marcher


- Vous devez lire quelque chose en version papier? Faites-le debout !


- Modifier votre bureau de travail (voici une idée toute simple)


- Encourager d’autres collègues à faire de même. C’est toujours plus motivant à plusieurs.


En conclusion, il faut retenir que rester plusieurs heures assis dans la même position a des conséquences non négligeables sur notre santé à long terme. Pour remédier à cette problématique, une prise de conscience est de mise afin de trouver des alternatives et des solutions. Maintenant que votre lecture est terminée, levez-vous et bougez!



N.B L’auteure a rédigé cet article entièrement en station debout!


Virginie Roy, M.Sc.


Rss_feed